Ne vendez pas au premier venu, vendez au plus offrant !

  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icône
Rechercher
  • Olivier

Vente immobilière – Réparez les dégâts

Dans l’un de nos précédents articles, nous vous invitions à réparer les défauts structurels de votre bien et à ne surtout pas dissimuler les imperfections de votre habitat (à consulter en cliquant sur ce lien "Vente immobilière - Ne cachez pas les défauts de votre bien"), le présent article ne concerne que les éléments "mobiliers" de votre bien : portes, fenêtres, luminaires, hotte aspirante, radiateurs, portail, moteur du portail ou des volets électriques, poignées de porte, robinet, latte de parquet, carrelage... Cette liste n'est pas exhaustive, bien évidemment ;)

De la même manière que précédemment, afin de ne faire fuir aucun acheteur, nous vous incitons à réparer tout dégât causé par votre passage, tout élément visible.

Chaque élément de votre bien ayant subi une détérioration doit être remis en parfait état de marche avant tout projet de vente.


Afin de mener à bien ce projet, faites un tour de votre bien. Menez un état des lieux complet en amont de toute commercialisation. Au besoin, demandez l'aide d'un ami,une connaissance, une personne qui n’a pas l’habitude de vivre chez vous et demandez à cette personne de dresser une liste de tout ce qui ne fonctionne pas chez vous ou paraît abîmé. Avec le temps et l'habitude, vous connaissez votre bien dans ses moindres détails, vous connaissez ses défaillances et les contournez sans même vous en rendre compte.


Vous avez appris à vivre avec les imperfections des lieux. Il faut remédier à cela.


Vous savez par exemple que l’interrupteur qui se situe sur le mur gauche de votre chambre ne fonctionne pas. Du coup, vous utilisez inconsciemment l’interrupteur de droite. Mais la personne qui visitera votre bien dans les semaines à venir ne le sait pas. Et lorsque cette personne appuiera dessus, elle vous le fera remarquer : « Tiens, ça ne marche pas ». Fière d’avoir mis à jour ce détail, elle s’en servira pour faire baisser le prix expliquant qu’il y a "d'énormes travaux d’électricité à entreprendre". Dans une négociation, chacun voit midi à sa porte. Pour vous, il s’agit d’un seul interrupteur à changer. Mais du point de vue de l’acheteur, c’est toute l’électricité qui est à revoir.

Soyez donc alerte sur le mobilier. Ci-dessous quelques petites choses à vérifier avant toute commercialisation du bien :

  1. Les portes : vérifiez toutes les portes, y compris les portes de placard, et assurez-vous qu’elles ouvrent correctement, que rien n’empêche leur fermeture, qu’elles ne grincent pas ;

  2. Les fenêtres : examinez les fenêtres et leurs carreaux ;

  3. Le carrelage : si vous avez du carrelage, assurez-vous que chaque carreau est bien fixé au sol (ou au mur). Si certains sont cassés ou fissurés, n’hésitez pas à les remplacer ;

  4. L’électricité : faites un point complet sur l’électricité et ses interrupteurs. Aucun fil électrique ne doit être visible et/ou dénudé. Pour tout acheteur avec enfant en bas âge, ce sera matière à discussion ;

  5. Les poignées : Vérifiez également que les poignées de porte soient fonctionnelles : il existe bon nombre de poignées qui restent dans les mains lorsqu’on les saisit !

  6. Les appareils électriques : Faites un point sur les radiateurs et les autres matériels électriques tels que la hotte aspirante. Assurez-vous que ces éléments fonctionnent ;

  7. Les robinets : inspectez-les et soyez sûrs que l’eau s’écoule correctement ;

  8. Les toilettes : examinez les chasses d’eau de vos toilettes. Par exemple, une chasse d’eau qui se remplit en continuité avec un bourdonnement incessant fait partie des éléments qui ne sont jamais réparés par les propriétaires.

Cette liste n’est pas exhaustive, bien évidemment, mais vous donne un aperçu des petites choses à vérifier.


Astuce pour le particulier :

Pour ne rien oublier, le plus simple est encore de faire appel à un ami. Demandez-lui d’ausculter votre bien, de faire un check-up complet comme le ferait un médecin sur un malade. Ne l’aidez pas. Suivez-le avec un carnet et prenez des notes. Vous aurez un aperçu des quelques éléments à remplacer chez vous !



Focus sur les joints d’étanchéité


A l’inverse des éléments précédents, il ne s’agit pas ici de les réparer mais de les remplacer. Le problème avec les joints d’étanchéité, c’est que, à force de les côtoyer quotidiennement, vous ne les voyez même plus. Et vous ne voyez pas non plus la vitesse à laquelle ils se dégradent.


Il n’y a rien de pire qu’un joint d’étanchéité qui a viré au noir. C’est signe de saleté, de moisissure et donc d’insalubrité. Alors qu’un interrupteur qui ne fonctionne pas n’effraiera personne, un joint noirci fera fuir un acheteur sur trois !


Faites-donc une inspection générale de vos salles d’eau : salles de bains et cuisine. Et changez tous les joints noircis. Si vous ne savez pas faire, vous trouverez des tutoriels sur internet. C’est simple et ça ne coûte quasiment rien !


C’est un détail à peine visible mais qui peut s’avérer extrêmement nuisible pour la vente : personne ne remarquera un joint neuf mais tout le monde repérera un joint noir et moisi. Veillez-donc à ce que vos acheteurs n’en croisent pas chez vous !


Besoin de plus de conseils, consultez nos ressources téléchargeables gratuitement en cliquant sur ce lien. Vous y trouverez notre livre blanc et bénéficierez gratuitement de 50 conseils gratuits pour vendre votre bien au meilleur prix !


#venteimmobiliere #travaux #scarletimmobilier #jointdetancheite #electricite #plomberie #carrelage

3 vues